Mon projet piscine

Mon projet piscine de A à Z

La législation

Les piscines non soumises à déclaration ni permis

Les piscines gonflables, les piscines démontables ou mêmes les piscines fixes, si leur superficie est inférieure à 10 m2 ne sont soumises à aucune déclaration ni permis de construire.

Les piscines soumises à déclaration ou permis

Sont concernées toutes les piscines ayant une emprise au sol (bassin + bords) de plus de 10 m2.
La piscine peut être enterrée, semi-enterrée ou hors-sol.
Elle peut être couverte d’un abri modulable ou d’un châssis fixe. Ce sont les dimensions de l’ouvrage qui ont un impact sur le régime de déclaration ou de permis.

Déclaration ou permis ?

L’obligation de déposer une déclaration préalable de travaux ou un permis de construire dépend des travaux envisagés.
L’article R421-9 alinéa f prévoit que le permis de construire est obligatoire si :

- Le bassin fait plus de 100 m2 ;

- La partie couverte a une hauteur supérieure à 1,80 m.

Un permis de construire est également exigé pour les piscines intérieures.

Dans les autres cas (piscine de moins de 100 m2, et non couverte par un abri de plus d’1,80 m), une simple déclaration préalable suffit.


Attention :
Même les piscines démontables ou gonflables achetées en grandes surfaces de plus de 10 m2 sont soumises à autorisation préalable si elles sont installées plus de 3 mois par an.


Les distances d'implantation

Il reste à définir la distance d’implantation de la piscine par rapport au voisinage et à la voie publique.

Le code de l’urbanisme et le Ministère de l’Équipement renvoient à certaines règles générales.

Pour la distance d’implantation par rapport au voisinage, on doit consulter auprès de la mairie comme pour l’obtention du permis de construire, le plan d’occupation des sols (POS) aujourd’hui connu sous le nom du PLU, le plan local de l’urbanisme. Certaines réglementations locales imposent des règles assez strictes concernant la construction des piscines.

 

Dans un secteur protégé et classé, dit sensible.
Le code de l’urbanisme protège l’environnement et impose aux autorités locales un suivi très minutieux de tout projet de transformation des terrains.

Sauf exception du règlement local d’urbanisme selon votre région, le règlement national d’urbanisme prévoit une distance obligatoire de 3 mètres entre la clôture des voisins et les premiers abords de la piscine, sous réserve de contestation en cas de troubles de voisinage : c’est le droit des tiers : "Toute personne privée peut invoquer un abus de droit ou un trouble anormal de voisinage".
La règle concerne les piscines couvertes ou non (Rép. min. Bayard, J.O. A.N. 19 septembre 1998, p. 2603).

La loi impose par l’article R.111-19 du Code de l’Urbanisme relatif aux règles d’utilisation du sol cette distance minimale.

Les plages et margelles de piscine s’intègrent dans le calcul des distances d’implantation, le Ministère de l’Équipement distingue deux règles :
 

-           Si la plage est surélevée par rapport au niveau du terrain, son altitude est à intégrer dans le calcul des distances d’implantation.

-           Si la plage est au niveau du terrain naturel, sans élévation, seul le bassin est à prendre en considération pour le calcul des distances d’implantation.
 

La piscine et la voie publique

Des règles existent et imposent des distances obligatoires.

Pour la distance concernant la piscine des voies de circulations, le Ministère de l’Équipement renvoie aux dispositions relatives aux constructions destinées à un autre usage que l’habitat (article R.111-6 du code de l’urbanisme) et prévoit :

 

-           Une distance obligatoire de 40 mètres de l’axe des autoroutes.

-           Une distance obligatoire de 25 mètres de l’axe des routes à grande circulation (nationales, départementales), par l’article 1 du Code de la route.
Ces règles ne s’appliquent plus à l’intérieur d’une agglomération.

Aucune de ces règles ne s'appliquent à notre Swimjet Box, qui de plus n'est pas impacté par le coefficient de perméabilité des sols qui commence à être appliqué dans certaines communes !

 

Donc :

- Pas de déclaration de travaux

- Pas de limites d’implantation

- Pas d'augmentation de la taxe d'habitation

- Pas d'incidence sur le coefficient de perméabilité

 

Le terrassement

LE PHENOMENE DE FOISONNEMENT:

Une expérience menée en laboratoire des matériaux montre que le déplacement d’un sol produit une augmentation de son volume. Ce phénomène est appelé foisonnement.
Cet accroissement de volume varie en fonction du sol. L’expérience montre qu’un sol argileux augmente son volume de 33%, alors que le volume d’un sable augmente de 10% dans les mêmes conditions.

Expérience très simple:

Un récipient d’un litre est rempli d’un sol compact, on l'arrose et laisse sécher quelques jours, comme il l’est à l’état naturel.

Lorsque le récipient est vidé de son contenu. Le volume du sol vidé est mesuré. Ce volume est supérieur à un litre.

Ce volume vaut 1.1litre pour un échantillon de sable ou de gravier fin et 1.33 litre pour un échantillon d’argile.

Cela signifie également que le volume du sol en place à déblayer augmente lorsque l'on le remue avec une pelle mécanique. Autrement dit la quantité de sol à transporter par les camions est plus grande que le volume de sol présent dans la fouille.

L'organisation des travaux de terrassements nécessite de connaître cette quantité de sol foisonné.

LE FOISONNEMENT RESIDUEL

Lorsqu'un sol a foisonné il est possible de le tasser avec un rouleau compresseur. Ce tassement artificiel permet d’accélérer le processus naturel de tassement d'un sol. Mais ce type de tassement ne permet pas pour la plus part des sols de retrouver le sol naturel: le volume de sol ainsi tassé est moins grand qu'un volume foisonné mais plus grand que le volume de sol en place. Il reste un foisonnement appelé foisonnement résiduel.

L'organisation des travaux de remblaiement nécessite de connaître ce foisonnement résiduel. Ce phénomène est quantifié par un pourcentage ou un coefficient.

Ce coefficient peut être exprimé de deux façons différentes:

  • Soit proportionnellement au volume de sol en place. Il est appelé coefficient de foisonnement résiduel.
  • Soit proportionnellement au volume de terre foisonnée. Il est alors appelé coefficient de compactage.

POIDS AU M3

Sable sec: 1,6T                       Sable saturé : 2,0T
Argile sec : 1,3T                      Argile saturé : 1,7T
Terre végétale : 1,3T               Gravier 6/10 : 1,5T
Béton : 2T                              Béton armé : 2,5T

Quantité de brouettes pour manutentionner 1M3

En moyenne une brouette contiens 60l

22 brouettes au M3 est la théorie volumique de 60L par brouette pour 1,33M3 (Cube foisonné) mais en tenant compte du poids du matériau dans le cas présent d'évacuation de terre de terrassement piscine à 1,5T/M3, cela deviens irréaliste sur la durée, à 68kgs la brouette, la fatigue viens vite, 50kg sont communément acceptés, donc :

30 brouettes par M3 non dégagé.

Quantité de brouettes pour évacuer le terrassement d'une piscine
Ex : pour un modèle de 8X4X1,5 soit 48M3 qui nécessite un terrassement de 57M3 =

1710 Brouettes ! Soit 17.100 pelletées

Quantité de brouettes pour approvisionner le remblaiement d'une piscine
Ex : pour un modèle de 8X4X1,5 soit 18M3 (28T)


600 Brouettes ! SOIT 6.000 pelletées

 

Evacuation des eaux

Décret officiel sur les évacuations des eaux de piscine

Cet article 22 du décret du 3 juin 1994 stipule qu’il vous est interdit de rejeter les eaux usagées d'une piscine n’importe comment ; vous devez obtenir une dérogation spéciale des autorités locales (commune, préfecture) vous autorisant à vider votre piscine en cas de nécessité absolue dans le réseau public d’égout. Vos eaux seront considérées en tant qu’eaux usées domestiques.

Il n’est pas nécessaire de vider l’eau de sa piscine tous les ans; une eau de piscine peut être conservée si vous ne rencontrez pas de problèmes particuliers (pollution, problème physique sur la structure de votre bassin etc.) et si vous assurez correctement son traitement et son entretien régulier.

 

 

Le traitement de l'eau
 

Le traitement de l'eau se fait à l'aide de procédés physiques et chimiques. Pour un traitement efficace, l'un et l'autre sont d'égale importance. Le traitement physique de l'eau devrait être garanti dès la construction de la piscine, par l'installation de filtres, de pompes de recyclage appropriés aux dimensions du bassin.

A intervalle régulier, toute l'eau du bassin passe par le filtre si la piscine est équipée d'un bon système de recyclage.

Mais ceci n'est pas suffisant pour garder l'eau pure. Parallèlement, il est nécessaire de traiter l'eau chimiquement grâce à l'adjonction de désinfectants. Ce travail est, en grande partie, réservé au propriétaire. Il y a quelques années encore, nous en étions réduits à utiliser de l'eau de Javel et de l'acide chlorhydrique.

Les inconvénients de cette forme de traitement sont connus :

- Manipulation dangereuse de produits chimiques corrosifs

- Impossibilité de doser d'une façon précise, l'eau de Javel s'évapore rapidement sous l'effet des UV (en cas de fort ensoleillement) sans totalement remplir son rôle de désinfection, l'eau de Javel provoque l'élévation du pH d'où des dépôts importants de calcaire et la formation de précipités, l'eau de Javel perd de sa concentration en chlore actif pendant le stockage.

Cette déperdition est liée a la durée, a la température, et au lieu de stockage (valeur indicative : après 2 mois, la concentration en chlore est réduite de moitié).
Aujourd'hui les propriétaires de piscine ont le choix entre différentes méthodes modernes, simples d'utilisation, sans danger et qui ne nécessitent pas de connaissances spécialisées.
Néanmoins, il est indispensable de connaître quelques règles de base du traitement de l'eau des piscines ainsi que les fonctions de certains produits d'entretien.

 

Loi de sécurisation des piscines

La loi sur la sécurisation des piscines de janvier 2003, complétée du décret du 7 juin 2004 impose quatre normes d’équipements, source Légifrance, normes Afnor. Sécurité des abris de piscine, couverture de sécurité, système d’alarme, barrière de sécurité.

 

Estmations de budget moyen pour l'entretien de piscines polyester

(Les piscines bétons nécessitent un budget produit et temps de filtration supérieurs)

Les calculs des spécialistes ont été effectués pour une piscine de 8 m x 4 m X 1,50 soit environ 48 m3 d’eau, en fonctionnement du 15 avril au 15 octobre, soit 6 mois.

1/ Électricité

(Sur la base de 0,145 € TTC le kW) avec une pompe VIP de 1.5 CV utilisant 1.10 kWH environ, cela pour 8 heures de filtration par jour:

Soit :    

1,16€/Jour

34,80€/Mois

208,80€/Saison                                             210€

2/ Eau    (Sans compter le remplissage initial)

Par la baisse du niveau d'eau à l'hivernage, par l'évacuation à l'égout des dépôts du bassin lors de la mise en route, par les 7‑8 lavages de filtre en saison, on consomme environ 20 M3 d'eau, soit 40% du volume total.

Nous savons qu'il est conseillé de renouveler chaque année 30 à 50% de l'eau.

Sur la base d'environ 3,20€ TTC le M3 cela représente

 20 x 3,20 =    64€

3‑ Produits

(En prenant l'exemple le plus classique et sur 6 mois de fonctionnement) :

Chlore ou Brome en galet (seau de 10 Kg)                                        40€
Chlore ou Brome en pastilles (seau de 5 Kg)                                     20€
Chlore ou Brome en granulés (seau de 10 Kg)                                   40€
loculant filtre sable / 1 boîte 8 cartouches x 2                                    30€
Décapant filtre sable / 2 boîtes x 6 €                                                 12€
Ligne d'eau, 1L.                                                                                8€
PH moins ou + 7 Kg                                                                        15€                         
Hivernage 2,5 1                                                                               18€
Stabilisant calcaire 4 L                                                                    31€

Total                                                                  214€                                                  

 

4/ TOTAL

  • électricité                                      210€                                                                           
  • eau                                                64€                                                                                     
  • produits                                        214€                                                                         
  • total                                                     488€/an

Pour 48 m3 d'eau, soit en moyenne :              10€/M3

Il vous sera donc facile en multipliant ce montant par le volume catalogue de votre piscine par 10€ et en divisant par 6 de connaître le coût d'entretien mensuel de la piscine choisie par votre client.

Exemple :

Zaragoza / Bora Bora (36m3 catalogue)

36M3 X 10 : 6 =                                60€ PAR MOIS


Faites financer votre piscine

conditions générales de ventes mentions légales en savoir plus Contact ACCES PRIVE

Besoin d'aide ? Nous répondons à vos questions du lundi au vendredi de 8h00 à 13h00 et de 14h00 à 18h00 du lundi au vendredi

© DECOPISCINES 2017 / DECOPISCINES est une marque appartenant au Groupe-Deco Empordà, S.L.

Les cookies assurent le bon fonctionnement des services de ce site. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Fermer | En savoir plus